Garage Cosmos


Art par Délégation

22 février – 11 avril 2014

Art par Délégation

L’art généralisé et la création ouverte à tous dans l’art des années 60-70 : de la délégation de la réalisation de l’œuvre au profit d’un public complice jusqu’au transfert de l’initiative artistique à un public de créateurs. 
   
La délégation de la réalisation d’une œuvre à une personne tierce est un sujet d’actualité comme en témoigne l’article de Randy Kennedy intitulé Tricky business of authenticity  paru dans l’International New-York Times du samedi-dimanche 21-22 décembre 2013. L’à-propos de l’article tient dans la présence d’œuvres abîmées ou mal réalisées de Judd, Flavin et Morris dans la collection du Musée Guggenheim, œuvres précédemment dans la collection Panza di Biumo. Il y est écrit : «Judd faisait partie d'une vague une vague d'artistes d'après-guerre qui introduisit l'idée de fabrication industrielle – le retrait de la main d'artiste - à la conception de l'art. Et la plupart de ses objets géometriques les mieux connus, en  contre-plaqué, métal et autres matériaux, étaient créés par des artisans spécialisés. Mais cette délégation, loin d’instaurer une distanciation du travail semble seulement affirmer la volonté de le contrôler, un parmi d'autres exemples de l'échec de Panza, qui est mort en 2010, selon Judd.» La délégation semble ici ajustée à des prescriptions techniques minutieuses mal observées par le collectionneur. Mais les charpentiers menuisiers requis pour la réalisation de l’œuvre n’utilisaient pas encore dans les années 68-70 en Europe, comme aux Etats-Unis, Panza était italien, des matériaux aussi triviaux que le contre-plaqué, d’où des erreurs de conception dans la fabrication. Et la question d’abord purement technique glissait vers celle de l’étude des savoir-faire et coutumes. Ce n’est peut-être pas par pingrerie comme le suggère Judd mais par insouciance que Panza aurait fait défaut, s’ajustant aux espérances de la création ouverte au collectionneur, au public et à d’autres artistes, telle que les proposent les œuvres présentes dans l’exposition. C’est le cœur du sujet, l’art appartient désormais au public. Cette délégation est sans fin : en chaîne chez Broodthaers, permanente chez Filliou, super-temporelle chez Isou et Sabatier, perpétuelle et pour tous dans le cas d'Isou, Filliou et Weiner : 'public freehold', oeuvre dans le domaine public. Panza aurait il succombé à l’ivresse née de la possibilité de créer indéfiniment ouverte à tous ? A cette ivresse de la création nous prendrons part soit comme acteurs, artistes embarqués, soit comme complices observateurs des multiples expérimentations proposées autours de la seule idée de délégation créative dans les années 60-70. 
     Les artistes représentés dans l'exposition sont contemporains des artistes minimaux, ils appartiennent à d'autres mouvements tels l'art conceptuel, fluxus et le lettrisme. Ces artistes: Art & Language, George Brecht, Marcel Broodthaers, Robert Filliou, Gérard Gasiorowski, Isidore Isou, Nam June Paik, Roland Sabatier, Daniel Spoerri et Lawrence Weiner.

Exposition dans le cadre d'Art Brussels' , avec la participation de Keymouse

Robert Filliou, Permanent Creation Tool-box., 1969
Daniel Spoerri, Tondre un oeuf (proverbes), 1964. Prendre les tableaux au piège (proverbes), 1964 .Variation on a meal, Eaten by Letty Eisenhauer, 02 /1964
Isidore Isou, Le Mur des amoureux, 1965 – 2003. Lawrence Weiner, … and then relegated to another gender, 1972. George Brecht, Piano Event, 1962 – 1983
Robert Filliou, Permanent Creation Tool Box, 1969. Roland Sabatier, OEuvre d’art supertemporel (La cible), 1963–1964. Cerf volant (Roman supertemporel), 1965